Une visualisation géométrique et une démonstration de l’irrationalité de la racine carrée de 2

Dans un repère d’origine le point O, tracez le cercle de diamètre 3 unités passant par O comme ci-dessous:

construction1_racine_de_2Placez le point H de coordonnées (1,0) puis tracez le segment partant de H, perpendiculaire à l’axe des abscisses qui rejoint le cercle. On note A le point du cercle obtenu:

construction2_racine_de_2Enfin, tracez la droite (OA) et constatez avec une certaine surprise qu’elle ne coupe aucun point de coordonnées entières (hormis (0,0) évidemment). Donc \sqrt{2} est irrationnel.

construction_droite_racine_de_2

La droite (OA) ne passe par aucun point de la grille, ce qui correspond au fait que \sqrt{2} est irrationnel. Le point (5,7) est très proche, mais comme on le voit sur le zoom, il n’est pas sur la droite (cela s’explique par le fait que le rapport 7/5 = 1,4 est proche de \sqrt{2})

Être à la hauteur

La première chose qu’il faut expliquer, c’est que le segment rouge a pour longueur \sqrt{2}.

hauteur_explication_racine_de_2En effet, le triangle OAC est inscrit dans le cercle et un de ses côtés est un diamètre de ce cercle. Il est donc rectangle et le segment rouge est la hauteur issue de l’angle droit de ce triangle. On sait alors qu’on a la relation HA^2 = HO \times HC donc HA^2 = 1 \times 2 = 2, ce qui donne HA = \sqrt{2}.

propriete_hauteur_triangle_rectangle

Dans un triangle rectangle, on peut calculer facilement la hauteur issue de l’angle droit.

Ainsi, le vecteur \overrightarrow{OA} a pour coordonnées {1 \choose \sqrt{2}} et donc une équation de la droite (OA) est y= \sqrt{2} \, x !

Pythagore et Thalès en guest stars

L’idée de la démonstration qui va suivre m’est venue du constat suivant: si on suppose que \sqrt{2} est rationnel alors il existe deux nombres entiers naturels a et b qu’on peut supposer premiers entre eux (important pour la fin !) tels que \sqrt{2} = \dfrac{b}{a}, ce qui s’écrit encore b= \sqrt{2} \, a et donc il existe un point de coordonnées entières (a,b) qui appartient à la droite d’équation y=\sqrt{2} \, x ! Si on suppose donc qu’un tel point de coordonnées entières existe sur cette droite, alors on est dans la situation géométrique suivante (la figure est fausse évidemment, elle est juste schématique):

Si_racine_de_2_etait_rationnel

D’après le théorème de Thalès, on a :

\dfrac{OA}{OM} = \dfrac{AH}{MN}

On sait que AH=\sqrt{2} et MN=b. De plus, d’après le théorème de Pythagore:

\begin{cases} OA = \sqrt{1^2 + (\sqrt{2})^2} =\sqrt{3} \\  OM = \sqrt{a^2 + b^2} \end{cases}

On en déduit donc que:

\dfrac{\sqrt{3}}{\sqrt{a^2+b^2}} = \dfrac{\sqrt{2}}{b}

ce qui s’écrit aussi \sqrt{3} \, b = \sqrt{2} \sqrt{a^2+b^2}. En prenant le carré de cette égalité, on a ainsi la relation suivante:

3 b^2 = 2(a^2+b^2)

Un peu d’arithmétique en guise de conclusion

Comme 3 est premier avec 2, et comme 3 divise 2(a^2+b^2), c’est que 3 divise a^2+b^2 (lemme de Gauss). Pour trouver une contradiction, nous allons étudier tous les restes possibles de l’expression a^2+b^2 modulo 3. Par exemple, si a \equiv 1 \mod [3] et b \equiv 2 \mod [3] alors a^2+ b^2 \equiv 1^2 + 2^2 = 5 \equiv 1 \mod [3]. Voici dans le tableau suivant toutes les possibilités de résultat pour a^2 + b^2 \mod [3]:

\begin{array} {c|c|c|c|}  a / b & 0 & 1 & 2 \\ \hline  0 & 0 & 1 & 1 \\ \hline  1 & 1 & 2 & 2 \\ \hline  2 & 1 & 2 & 2 \\ \hline  \end{array}

On se rend compte que la seule possibilité pour que a^2+b^2 \equiv 0 \mod [3] est a \equiv 0 \mod [3] et b \equiv 0 \mod [3] ce qui entraîne que a et b sont tous les deux divisibles par 3, mais cela contredit le fait qu’ils sont premiers entre eux…

Amusante cette preuve, non ?

Note: pour les plus érudits d’entre vous, vous savez que si un nombre premier p divise une somme de deux carrés et si p est congru à 3 modulo 4 alors a et b sont nécessairement divisibles par p. Ici, il est clair que p=3 est congru à 3 modulo 4…

Fignolage

Si on analyse cette preuve, on se rend compte que ce qui est important est la relation 3b^2 =2(a^2+b^2), mais en développant et réduisant cette expression, on voit qu’elle est équivalente à b^2=2 a^2. On aurait donc très bien pu montrer  l’irrationalité de \sqrt{2} de la manière plus directe suivante:



Si on suppose qu’il existe a et b premiers entre eux tels que \sqrt{2}=\frac{b}{a} alors en prenant le carré de cette expression, on obtient 2= \frac{b^2}{a^2} c’est-à-dire b^2=2 a^2. En ajoutant 2b^2 des deux côtés, on obtiendrait 3b^2=2(a^2+b^2) ce qui, comme 3 est premier avec 2, entraînerait que 3 divise a^2+b^2. Or, les restes possibles de a^2+b^2 modulo 3 sont:

\begin{array} {c|c|c|c|}  a / b & 0 & 1 & 2 \\ \hline  0 & 0 & 1 & 1 \\ \hline  1 & 1 & 2 & 2 \\ \hline  2 & 1 & 2 & 2 \\ \hline  \end{array}

et donc, on voit que si a^2+b^2 \equiv 0 \mod [3] alors nécessairement, a et b sont divisibles par 3, ce qui contredit le fait qu’ils sont premiers entre eux.



Pourquoi la géométrie ?

Alors, à quoi nous a servi la géométrie ici, puisqu’on peut faire une démonstration encore plus courte juste en ajoutant les 2b^2 ? D’un point de vue formel, à rien. Mais d’un point de vue de l’intuition, je n’aurais jamais eu l’idée d’ajouter ces 2b^2 dans b^2=2 a^2 pour avoir 3b^2=2(a^2+b^2), alors que les théorèmes de Thalès et de Pythagore faisaient apparaître naturellement cette expression.

Et en plus, la géométrie nous a permis d’avoir une belle interprétation du fait que \sqrt{2} est irrationnel: le fait qu’une certaine droite construite à la règle et au compas ne passe jamais par des points de coordonnées entières !

P.S: Je n’ai jamais vu nulle part cette démonstration utilisant le fait que 3 divise une somme de carrés, donc si vous avez une référence à ce sujet, n’hésitez pas à la poster dans les commentaires !

Advertisements
Cet article, publié dans Arithmétique, Géométrie, Nombres, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Une visualisation géométrique et une démonstration de l’irrationalité de la racine carrée de 2

  1. Anonyme dit :

    Encore un bel article.
    Merci

  2. Anonyme dit :

    Toujours sympa les articles de ce blog !

    Pour info, quand a et b sont premiers entre eux, b^2 = 2*a^2 n’est pas possible pour de simples raisons de parité car le carré d’un pair est pair, et celui d’un impair est impair.

    • kuk dit :

      b pourrait être pair et a impair. La relation b² = 2 a² ne serait alors pas mise en défaut par la parité de a et b. Elle serait fausse en raison de l’unicité de la décomposition en facteurs premiers de a et b, (qui est la démo classique)

      • Anonyme dit :

        Non, on peut faire bien plus élémentaire mon cher Watson. B doit être pair compte-tenu de b² = 2a² , d’où b = 2B, puis 4B² = 2a², et enfin a² = 2B² contredirait « l’imparité » de a.

  3. Calculatrice dit :

    Super article ! Très complet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s